C’était une belle promotion. Rayan Nezzar, 27 ans, était nommé porte-parole de La République en marche jeudi dernier, aux côtés du député Gabriel Attal. Mais, dès lundi, moins d’une semaine après, il démissionnait?. Un passage éclair pour cet énarque qui a travaillé en coulisses sur le programme social d’Emmanuel Macron dès l’automne 2016. Cette nomination l’avait en effet très rapidement exposé aux médias : au lendemain de sa nomination, Buzzfeed déterrait plusieurs tweets injurieux adressés à des politiques et à une journaliste. Retour sur le parcours d’un jeune ambitieux au destin contrarié. Dans son communiqué daté du 4 janvier dernier, La République en marche présente Rayan Nezzar comme un « spécialiste des questions économiques et sociales ». C’est sur ces sujets qu’il a participé au travail d’élaboration du programme d’Emmanuel Macron, dès 2016, avec d’autres experts. Il a en particulier planché sur les aides et le modèle social, en rédigeant de nombreuses notes. Le jeune homme a grandi à Montreuil en Seine-Saint-Denis où ses parents algériens ont émigré, comme le rapporte le journal allemand Die Zeit qui lui consacre un portrait en 2016, en tant que modèle d’ascension sociale d’un jeune issu de l’immigration ayant accédé à la haute fonction publique. « Il a tendance à surjouer cette image du mec de ZEP qui a galéré », juge un ancien étudiant qui l’a côtoyé. Pour compléter le tableau, il faut préciser que la mère de Rayan Nezzar est médecin et qu’après avoir fait sa primaire dans une école publique (classée ZEP) du XXe arrondissement de Paris, cet écolier déjà brillant a été inscrit dans un collège privé catholique du centre de la capitale. Il a obtenu son Bac S à 15 ans, rapporte Sud-Ouest. Fan de foot, il est aussi passionné de jeux vidéo dès l’adolescence. Il a ainsi développé un jeu vidéo en parallèle de ses études. Il a d’abord étudié le droit à la fac, avant d’intégrer Sciences-Po Paris, puis l’ENA. Enarque de la promotion « Winston Churchill » (2014-2015), il est affecté à Bercy à sa sortie de la prestigieuse école. Il y travaille au sein du bureau de la solidarité et de l’insertion. En parallèle, il enseigne l’économie à l’université Paris-Dauphine et collabore avec la Fondation Jean-Jaurès. Les tweets injurieux exhumés par Buzzfeed, captures d’écran à l’appui, ont été publiés par Rayan Nezzar au cours des années 2012 et 2013, lorsqu’il était étudiant à l’ENA et qu’il faisait ses premières armes politiques au PS, dans la section du XXe arrondissement de Paris. « Il est extrêmement ambitieux », se souvient un militant socialiste. Des insultes passées qui ont propulsé cet inconnu du grand public à la Une des médias... pour son plus grand mal.